5/5

1 avis

Histoire de la violence

Louis, Edouard (1992-....). Auteur

Edité par Seuil. Paris , 2016

Un soir de Noël 2012, le narrateur rencontre Reda dans la nuit après un repas avec des amis, et lui propose de venir discuter chez lui. L'homme lui raconte son enfance et l'arrivée de son père venu d'Algérie. Un peu plus tard, Reda insulte, frappe et viole son interlocuteur. Le livre relate l'histoire de cette nuit et des jours suivants, en cherchant les origines et les raisons de la violence.

Suggestions

Du même auteur

En finir avec Eddy Bellegueule | Louis, Edouard (1992-....). Auteur

En finir avec Eddy Bellegueule

Auteur : Louis, Edouard (1992-....). Auteur | Livre | Le Seuil. Paris | 2014

Elevé dans une famille ouvrière pauvre de Picardie, Eddy subit les quolibets et la violence de ses camarades, de son père alcoolique et de sa mère revêche qui le trouvent trop efféminé. Lui-même finit par se poser la question de s...

Qui a tué mon père | Louis, Edouard (1992-....). Auteur

Qui a tué mon père

Auteur : Louis, Edouard (1992-....). Auteur | Livre | Seuil. Paris | 2018

L'auteur déclare un amour apaisé à son père et mène un réquisitoire contre les politiques, déconnectés de la vie réelle.

Histoire de la violence | Louis, Edouard (1992-....). Antécédent bibliographique

Histoire de la violence

Auteur : Louis, Edouard (1992-....). Antécédent bibliographique | Musique audio | Audiolib | 2016

J'ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'hist...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Histoire de la violence 5/5

    Il y a un an, Edouard Louis avait été accueilli les bras ouverts par toute la presse. Son premier roman autobiographique, « Eddy Bellegueule » révélait l’itinéraire d’un jeune homosexuel provincial, fuyant sa Picardie natale et sa famille décrite comme la famille Groseille du film d’Etienne Chatilez. Monté à la capitale pour se libérer et y suivre des études, il cherchera à revêtir la panoplie du bourgeois parisien, caméléon lambda, pour oublier d’avoir pu naître là où tout semblait le dégoûter. Il revient cette année avec ce second ouvrage « Histoire de la violence » à nouveau encensé. Edouard Louis poursuit ici le même itinéraire sociologique, sur le principe de l’autofiction, si cher à l’irremplaçable Annie Ernaux. A travers cette « histoire de la violence », Edouard Louis relate un fait traumatisant, passant au crible tous les stigmates d’un viol. Le sien. Le soir de Noël 2014, après un dîner chez deux amis, il croise en pleine rue le regard d’un jeune et bel inopportun prénommé Réda. Cette nuit de cauchemar changera le cours de sa vie, du moins les mois qui suivront, accompagnant cette forme d’écriture thérapeutique pour en faire LE livre de toutes les violences. Jamais il n’aurait dû laisser monter chez lui cet inconnu, jamais il n’aurait dû succomber à l’invitation de ce jeune malintentionné. Seulement le jeune Kabyle avait des arguments contre lesquels le jeune écrivain trop sensible ne pouvait pas lutter. S’ensuivra cette nuit mouvementée, d’abord d’instants feutrés et complices, jusqu’à ce que le visiteur se révèle être un voleur et un violeur armé, laissant à Edouard cette profonde rancœur, cette blessure psychologique et physique, et une peur atteinte jusqu’à son paroxysme.

    par L'équipe de la Section Adultes Le 03 août 2016 à 09:44